Comité Louis Durot

  • Polyuréthanne : matière plastique de haute technologie synthétisée à partir d'azote, d'oxygène, de carbone, d'hydrogène, de chlore et de soufre.
  • Ces oeuvres ne sont pas des créations d'une esthétique industrielle qu'une usine peut produire ou reproduire : elles appartiennent au délire industriellement irréalisable.
  • "C'est un peu comme une pièce de théâtre : on doit apprendre les répliques et les mouvements scéniques avant de jouer en direct. En ce qui me concerne, je dois repérer les faux mouvements à éviter, les bons gestes à faire" - Louis Durot

Biographie

Louis naît à Paris, le 22 avril 1939, de mère juive. Son père, Séverin Durot, est ingénieur diplômé du polytechnarium de Varsovie et de l'Ecole Centrale de Toulouse.

1939 : Baptisé contre son gré.

24 décembre 1943, Louis Durot rate sa première mort parce qu'il est en retard, habitude qu'il conservera toute sa vie. Il manque le train pour Auschwitz. Ses parents refusent de le laisser prendre le suivant. Il est recueilli par madame Guizol, gardienne de chèvres à Magagnosque (Alpes Maritime).là, il y a une rivière avec une très belle glaise rouge et verte. C'est là que Louis Durot fait l'apprentissage de la sculpture en modelant ses premiers jouets.

En 1947, premier jouet offert à Noël : un Mécano qui détermine sa vocation d'ingénieur.

1949 - 1951 : Scolarité chez les jésuites oratoriens, école Rocroy Saint Léon à Paris. Exclu parce qu'il refuse d'apprendre le latin.

1951 - 1953 : Lycée Jacques Decours, d'où il est exclu pour mauvaise conduite.

1953 - 1956 : Lycée Pasteur à Paris, premier Baccalauréat.

1957 : Exclu à nouveau pour mauvaise conduite. Il passe pour la deuxième fois le "Deuxième Bac", pas pour lui mais pour un ami (il passera cet examen huit fois à la place de ses copains - et le réussira à chaque fois).

1957 - 1959 : Il quitte ses parents et apprend à gagner de l'argent sans travailler.

1959 : "Escort-Boy" chez une grande dame (Madame C.)

1960 : Ayant gagné assez d'argent pour poursuivre ses études (Père chômeur depuis 1953, mère devenue coiffeuse). Louis Durot s'inscrit en faculté de Sciences. Il passe la "propédeutique - Maths 1 Mécagège".

1963 : Il termine ses études de Mathématiques et devient "colleur" à Orléans (où il est "viré" au bout de deux mois et demi, pour cause d'indiscipline). Il entre alors comme ingénieur à la société Equipiel, où il est chargé des calculs et mesures de résistance des prototypes de centrales nucléaires). A l'abandon de la filière française, la société Equipiel devient une société de recherches jusqu'en 1973 et offre à louis Durot une formation d'un an en chimie organique. Louis Durot dirigera une douzaine de contrats de recherches entre 1966 et 1972

1964 : Louis Durot crée avec plusieurs amis un mouvement artistique " Freelane studio", qui essaie de rassembler des artistes de disciplines diverses pour parvenir à une synthèse artistique commune. Le mouvement comportait le journaliste de jazz, Giles Brinnon et un jeune peintre, Jean Ihallero, un copain du peintre Maxime Defert. Brinnon et Ihallero présentent Louis Durot à François Arnal comme ingénieur de recherche. Louis Durot essaiera un peu de travailler avec François Arnal sur ses sculptures de l'époque, et entretiendra des rapports avec lui jusqu'au mariage de ce dernier (avec une jeune fille de seize ans en 1976). Il passera deux étés en compagnie d'Arnal, de Micheline Presle et Daniel Gélin. Au cours du deuxième séjour, en 1968, François Arnal et Micheline Presle créent le festival de théâtre de Châteauvallon, au cours duquel Louis Durot se lie d'amitié avec le metteur en scène Ulysse Renaud.

Fin de l'année 1966, François Arnal présente Louis Durot à César comme ingénieur chimiste. Pendant un an il sera l'assistant de César, pour améliorer sa connaissance de la mousse polyuréthanne et essayer de pérenniser ses créations en mousse (fragiles et éphémères) et les rendre définitives. A cette époque, César le présente à Pierre Restany, au docteur Knapp et à ses amis Arman et Malaval. Pendant un an, César et ses relations feront l'éducation artistique de Louis Durot et le convaincront que ce qu'il doit faire, il peut le faire mieux et avec plus de technologie. César faisait des reliefs plats et éphémères, dans un matériau libre et non contrôlé.

En 1968, Louis Durot conçoit le projet de sculptures en trois dimensions avec un matériau contrôlé selon un dessin et un projet simple et précis. C'est à cette période qu'il réalise les dessins de ses premières pièces ('champignons' et 'plantes carnivores'). Toujours en 1968, il ouvre son premier atelier mécanique. 

1971 : première exposition au salon Batimat (Paris) - Exposition au salon du cuir.

Entre 1971 et 1974, Louis crée une soixantaine de sculptures autour d'un monde extra-terrestre peuplé de champignons et de plantes carnivores. 

En 1974, Louis Durot participe avec les architectes Sloan et Lecouter au projet de structure gonflable pour le Pavillon français à Osaka. Le projet est primé à un million de francs mais n'est finalement pas réalisé.

C'est avec ce prix que Louis Durot est reconnu pour sa compétence sur le polyuréthanne.

Au début des années 80, il réalise des oeuvres épurées et designs telles que "le Pied", "La Bouche", le "Saint siège" et quelques oeuvres érotiques, dans un style définitivement "pop".

Parallèlement, il continue à travailler comme directeur de recherches dans des sociétés cotées. 

Il continue d'exploser en 1991 (salon des nouvelles technologies de La Villette), en 1993 à Art Chicago, 1994 au salon Sofa de Miami et 1995 à New York.

A partir de 1998, il expose en permanence en Chine.

Il devient une star accumulant des dizaines d'articles dans la presse chinoise. Certaines de ces pièces sont acquises par le musée d'art contemporain de Canton. ville où il intervient comme professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Canton.

 

 

Comité Louis Durot

 

 

Depuis 2016, Louis Durot a confié à Soufiane Bensabra la création du comité Louis Durot afin de protéger ses oeuvres.

 

 

https://soufiane-bensabra.com/fr/